UA-63524610-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 05 mars 2014

And no one sings me lullabies

Je ne sais plus pourquoi j'ai voulu partir de Paris. J'ai déjà oublié la puanteur du métro, ma minuscule cuisine, ma chambre/salon/bureau/salle à manger, ma salle de bain de la taille d'un WC. En province, je suis, comme je le prévoyais, devenue feignante : terminé la bonne époque où je marchais au moins 30 minutes par jour au pas de course, à monter les escaliers, où je portais mes courses à bout de bras et où j'allais courir dans ces lieux qui ont fait galopé mon imagination. Je me suis adaptée à mon environnement. J'ai adopté la tenue de province, mes Converse et mon jean ne m'ont pas quitté. Et j'ai fait des économies sur le maquillage, pourtant, je n'en suis pas friande.  

Cette année sabbatique est difficile. Peut être parce qu'elle n'est toujours pas terminée. 

Et puis parce qu'elle confirme mon éternelle insatisfaction, mon envie insatiable d'être ce que je rêve d'être. A la différence qu'ici, j'ai du perdre mon envie ou mes rêves pendant le déménagement, ou bien alors ils ont fondu sous la douceur du climat. Tout à foutu le camp, j'avoue, c'est la merde. 

Je me suis endormie. J'ai lentement fermé les yeux, j'étais fatiguée, lassée de mon travail, de cette vie parisienne. Et je me réveille, aujourd'hui, presqu'une année après avoir tout abandonné, mon appartement à Reuilly-Diderot, mon travail, mes habitudes, mon confort, mon indépendance. Il ne me reste plus rien. Je suis vide. Je n'ai plus aucune rage en moi, aucune colère. Rien. Je n'ai pas non plus plein de projets d'avenir, ni d'envies, ni de plan et encore moins l'excitation de vivre. Peut être un peu d'ennui. Des regrets. 

J'espère qu'un jour, je regarderais derrière moi et considérerais cette période comme étant celle qui m'a permis de changer, de faire ce que j'ai vraiment envie de faire, comme étant cette fameuse période difficile que beaucoup d'individus connaissent. Pour l'instant, vu d'ici, ça me parait être juste le cercueil de regrets que je me suis patiemment construit, enterré dans mes mauvais choix. 

Et vu d'ici, le seul moyen d'y échapper, c'est d'abandonner les armes et de déserter le champ de bataille. Je crois que j'ai déjà commencé à fuir. Espérons que je ne coure pas suffisamment vite et qu'on me rattrapera. 

Commentaires

Merci pour ce remarquable texte. C’est un vrai plaisir de prendre connaissance de l’avis de citoyens savant de quoi ils parlent ! Bonne continuation dans votre travail. Au plaisir de vous lire !

Écrit par : Steph | jeudi, 16 octobre 2014

Merci pour ce merveilleux article. C’est un authentique plaisir de lire la position d’internautes maîtrisant les tenants et les aboutissants ! Bonne continuation dans vos activités. Au plaisir de vous commenter à nouveau !

Écrit par : table basse | jeudi, 16 octobre 2014

Les commentaires sont fermés.